Accueil

 

Présentation

Numéros
en cours

 

Nous acheter

Des idées
de sortie

 

Blog

 

Partenaires

 

Contact

AU FIL

DE L'EAU

OLLIOULES

Les Cuves du Destel

Moins connues que les Gorges du Verdon, les Gorges d’Ollioules n’en sont pas moins
intéressantes, susceptibles de vous offrir des panoramas et des curiosités inoubliables.

• DURÉE DE LA VISITE :

Compter 5 heures pour l’intégralité du parcours, une heure de moins si vous ne montez pas à l’arche.

 

• GPS :

43°09’098N 005°50’799E

 

• ACCÈS :

À Ollioules, prendre la direction du Beausset par les gorges. Deux cent mètres après les dernières maisons de la ville, vous trouverez un petit parking à gauche à proximité du club canin.

 

• DISTANCE :

Environ 9,2 Km

 

• DÉNIVELÉ POSITIF :

800 mètres

 

• QUAND VENIR ?

Toute l’année, la végétation change assez peu. Ce qui varie, c’est le débit de l’eau dans la Reppe, qui peut soit complètement disparaître, soit passer au régime de crue. Les passages dans les roches sont dangereux quand le temps est humide, ça glisse !

 

• POUR QUI ?

Pour tous jusqu’aux premières cuves. Pour l’intégralité du parcours, mieux vaut avoir l’habitude de la randonnée.

LES INFOS ESSENTIELLES...

Voici un parcours comme on les aime, plein de surprises, de petits passages techniques et surtout très varié. Les gorges ont été creusées au fil des millénaires par l’eau des rivières de la Reppe et du Destel. Difficile à imaginer en période estivale quand un mince filet d’eau coule à grand-peine. Pourtant, il faut venir au printemps ou à l’automne, après de longues périodes pluvieuses, pour prendre conscience du débit qui peut les animer.

 

Gros massif calcaire, cette zone offre également de nombreuses cavités et grottes à explorer. Au cours du trajet, vous aurez le loisir d’en visiter une, en passant par une impressionnante arche de pierre. Cette boucle est facultative, pour ceux qui ne se sentiraient pas de braver le vide… Quelques passages vous forceront à chercher votre chemin -le marquage est souvent discret ou inexistant- mais restez logiques et vous passerez à chaque fois. Les endroits délicats sont équipés de chaînes métalliques bien utiles.

 

La dernière partie de la randonnée vous éloignera de l’eau et vous dominerez les gorges par le haut, avec en prime de belles vues sur la mer. N’oubliez pas le casse-croûte : manger dans une marmite de géant, c’est génial ! C’est parti !

PARCOURS :

1 PARKING AU NIVEAU DU CLUB CANIN

Traverser la route et passer sur la barrière en béton au niveau du poteau téléphonique. Un gué permet de traverser la Reppe, les pieds au sec, sauf en cas de fort débit. Le chemin est juste en face, le prendre vers la gauche.

 

2 ANCIEN PUITS DE CAPTAGE

Lors des fortes chaleurs, quand il n’y a plus d’eau en surface, la Reppe coule toujours en profondeur. Un escalier vous mène quelques mètres sous terre. Il est possible qu’un portail métallique fermé à clef vous empêche de descendre…

3 RECONSTITUTION D’UN ANCIEN FOUR À CHAUX

Nombreux dans le massif, ces fours furent utilisés très longtemps. Lors des randonnées, on peut en trouver de nombreux vestiges. Un panneau explicatif bien détaillé nous éclaire sur le fonctionnement du four. Continuer tout droit.

4 FORAGE DE LA RIPELLE

Quelques petits ouvrages bétonnés cachent les installations de pompage. Vaste esplanade plate au bord de l’eau. Continuer tout droit, toujours en longeant la Reppe, sur 150 mètres environ.

 

5 EMBRANCHEMENT DE SENTIERS

Prendre à droite dans le lit du Destel et le suivre en passant tantôt sur la rive droite, tantôt sur la rive gauche…

Vous êtes juste sous le Château du diable.

6 On poursuit la progression jusqu’à un gros arbre mort.  C’est à cet endroit que vous allez choisir de faire ou non la boucle vers l’arche et la grotte. Quelques mètres après, on monte dans un éboulis. Sinon continuer tout droit dans le lit du ruisseau.

7 Après une courte mais intense montée, on commence à apercevoir une grotte sur la gauche, prenez-la comme point de repère ; puis vous distinguerez la voûte de pierre. Une petite côte conduit presque au pied de cette voûte que vous atteindrez sur la gauche. Deux passages avec cordes vous amèneront à son extrémité. En son centre, elle fait à peine plus d’un mètre de largeur ; soyez très prudent, n’hésitez pas à vous baisser au maximum pour diminuer votre centre de gravité. De chaque côté c’est le vide…

Au bout, on monte tout droit vers la grotte.

8 GROTTE À MULTIPLES ENTRÉES

Nous vous conseillons de monter par la deuxième. N’hésitez pas à explorer chaque recoin, vous avez bien mérité de prendre votre temps en parvenant jusque-là.

Pour rejoindre la partie basse, il faut s’aider d’une corde. Ici vous trouverez une magnifique fontaine calcaire. Les plus aventureux peuvent ramper dans un étroit passage, pour découvrir un deuxième boyau, beaucoup moins fréquenté, dont l’ouverture donne au milieu de la falaise. Ne vous approchez pas du bord, il n’y a rien pour vous retenir…

Redescendre ensuite vers le sentier et repasser l’arche. Le passage est beaucoup plus impressionnant dans ce sens à notre avis.

Au pied de l’arche, aller vers la droite afin de rejoindre la deuxième grotte, très proche.

9 Grotte à l’ouverture très particulière, peu profonde et facile d’accès. L’endroit se prête volontiers à un petit bivouac.

Redescendre ensuite par l’éboulis, pour rejoindre le lit du Destel, qu’on empruntera sur la droite.

10 Abordons maintenant les premières cuves. Celles-ci sont les plus accessibles et souvent les plus humides. Quasiment en toutes saisons, vous êtes assurés de trouver au moins un filet d’eau qui remplit les 3 ou 4 grandes cuves principales. Les moins téméraires arrêteront ici le voyage, avec un petit pique-nique au bord de l’eau. Quant aux autres, il leur faut monter sur la droite, et passer en zigzagant entre les vasques.

11 Continuer à remonter le lit du Destel, vous arriverez bientôt à de grandes dalles plates très inclinées. Inutile de vous dire que par temps de pluie, elles sont très glissantes. Même par temps sec, prenez donc les chaînes qui sont là pour vous faciliter la progression.

12 Après être passés dans de nombreuses cuves et marmites à sec, nous voici face à une grande falaise, avec à son pied une grande vasque, très souvent en eau. Ici, impossible de suivre précisément le même chemin : la paroi est trop lisse et trop haute. Même avec une chaîne, ce serait prendre des risques. Il va donc falloir emprunter le chemin des écoliers, en montant, sur la droite, au passage équipé d’une chaîne pour prendre rapidement de la hauteur sur la paroi.

13 Parvenu en haut, où se trouvent de nombreux cairns (vestiges du passage des randonneurs), il faut se montrer logique, car l’inscription sur un rocher indiquant le Destel est très discrète. Si vous la manquez, pas de panique, il faut juste redescendre vers le lit de la rivière, en progressant dans le même sens. Attention aux chevilles, les cailloux sont assez fuyants sous les semelles.

14 La progression est parfois lente, mais on avance toujours. On se retrouve nez à nez avec de grandes marmites de géant, pas forcément faciles à franchir. Une chaîne vous aidera pour certaines d’entre elles… Pour la dernière, pas de chaîne : regardez bien sur la droite, il faut se hisser dans une petite faille. C’est la fin des grosses formations rocheuses du parcours ; soufflez, faites une pause.

Ensuite le lit de la rivière devient plus praticable, pour finir par être quasiment plat avec de petits galets ; vous n’êtes pas loin de l’embranchement.

15 BIFURCATION DE SENTIERS

Partir sur la droite. Vous allez maintenant refaire tout le parcours en sens inverse mais en beaucoup plus facile et en hauteur. Impossible de se tromper, le sentier est bien balisé et il suffit de se repérer au bord des gorges. Quelques petites grimpettes en perspective, mais pas trop dures rassurez-vous. Voici que s’offrent de splendides panoramas sur les gorges, sur le vieil Évenos en face et enfin sur la mer. Rester sur le sentier principal.

 

16 Après une longue marche, on parvient à la bifurcation de sentiers au niveau du banc de pique-nique en bois. Ici il faut partir sur la droite pour une descente assez pentue vers le point de départ. Tout en bas, vous arrivez à la hauteur du four à chaux que vous avez découvert au début de la balade. En face vous devez apercevoir le parking du club canin.

AVIS DE L'AUTEUR…

Une randonnée magnifique dans ces gorges, qui dissimulent les fameuses cuves et marmites de géant formées par le courant. Même au cœur de l’été on trouve des vasques pleines, belle surprise ! Pour les plus hardis, aventuriers de l’arche de pierre, frissons garantis !

Article disponible dans le magazine N°4 - avec la fiche rando détachable

Suivre nos actualités :

© 2015 – Les Incontournables du Var - Réalisé par SB'Com / Sophie Beneult - Tous droits réservés - Reproduction interdite /// Mentions Légales